Jun
26
FAILLITE DES JURIDICTIONS

A mon modeste niveau, j'estime nécessaire de m'associer à la protestation de l'USM, telle qu'elle s'exprime dans son récent communiqué concernant la luxueuse brochure publiée par la Chancellerie à la gloire de Madame DATI, à l'heure où nos juridictions se trouvent dramatiquement privées de ressources.

COMMUNIQUE DE L'UNION SYNDICALE DES MAGISTRATS

Rachida DATI a choisi, dans une ultime provocation, à grand renfort de communication et de frais et avec une certaine part de mauvaise foi de promouvoir son bilan place Vendôme.

Parlementaires, médias, universitaires et certaines hautes personnalités de la magistrature ont ainsi récemment reçu un fascicule de 102 pages payé par le Ministère de la Justice.

Cela pourrait être anecdotique, si dans le même temps, comme l'USM le dénonce depuis des années, les moyens ne faisaient pas cruellement défaut et si la Justice n'était pas en réalité en faillite.

Ainsi, dans le ressort de la Cour d'Appel de Caen, il a été demandé aux présidents de moins solliciter les juges de proximité, faute de pouvoir les rétribuer, les budgets dédiés étant quasiment épuisés fin juin.

Dans de nombreuses juridictions, faute d'argent pour payer les sociétés de surveillance, les mesures de sécurisation, mises en place après l'agression à coup de couteau d'un magistrat à Metz, sont allégées, voire supprimées.

Enfin, dans le ressort de la Cour d'Appel de Versailles, les chefs de cour viennent de faire parvenir aux magistrats un courrier leur faisant part de l'Etat de cessation des paiements en ce qui concerne les frais de justice criminelle, le budget annuel ayant été entièrement absorbé au 25 mai 2009.

Mme DATI a donc bien raison de se satisfaire de son si excellent bilan et de dépenser en inutile communication un argent qui serait bien mieux utilisé en faveur des justiciables dans les juridictions !

Le bureau de l'USM

Mots-clés: 

Commentaires

Pour renarcissiser les gens de cour.

Chouchou 1° n'a-t-il pas dépensé plus de 500 000 euros pour paraître à Versailles ?

Petite précision, Mon Cher Confrère, Maître JOURDAIN et moi même dépendons de 2 TGI (ROCHEFORT ET TULLE) supprimés par Madame DATI dans le cadre de la réforme de la carte judiciaire.

Nom: 
Albert CASTON
Site: 
http://

...Et sans aucune concertation...

Quelle tristesse devant ce manque de considératon pour la Justice.

Il n'est que de voir le budget. Et à Paris, on va sans doute nous faire à grands frais un TGI dans le 17ème, après avoir beaucoup dépensé pour des projets irréalistes de TGI dans le cadre d'un établissement public ad hoc, dont la Cour des Comptes a souligné l'inutilité.

Et tout cela à l'heure tant de la dématérialisation des procédures que de la suppression de la plaidoirie !

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA