veronique.levrard

Par veronique.levrard le 15/12/14
Dernier commentaire ajouté il y a 3 jours 3 heures

J'ai eu le plaisir de recevoir de son auteur, un lien vers ce petit court métrage, que je vous invite à visionner d'urgence, pour une petite brise d'humour, et d'autodérision.

 

http://www.festivalnikon.fr/video/2014/334

 

Ce film est en compétition sur le festival du film Nikon.

 

Le pitch: " Une juge, ça tranche ! Mais face à un client indécis, la mission peut s'avérer compliquée. Heureusement l’avocat est là pour pour quoi déjà ? "

Par veronique.levrard le 10/12/14
Dernier commentaire ajouté il y a 1 semaine 1 jour

 

 

Aujourd'hui 10 décembre 2014, je suis morte !

Pas vraiment heureusement, et le plus tard possible.

C'est la journée Justice morte organisée par le CNB et la grande manifestation à PARIS desprofessions réglementées, qui font front commun contre le projet de Loi Macron.

 

Il ne faut pas oublier du débat aussi l'aide juridictionnelle qui encore et toujours est en péril.

Pas de réforme c'est la mort ; une mauvaise réforme et c'est la mort aussi !

L'avocate que je suis est bien sombre aujourd'hui.

La Loi Macron et la réforme ou pas de l'AJ (aide juridictionnelle) et c'est la mort lente mais certaines desAvocats qui exercent leur activité libérale en individuel.

 

Nantis les Avocats ?

Certains oui, ne soyons pas hypocrites, tous, non !

Ceux qui travaillent comme moi en individuel et dans un contentieux qui répresente une part d'AJ, certainement pas !

Aujourd'hui mon activité, c'est travailler plus pour gagner moins !

Quel beau paradoxe que voilà, grâce aux approximations et aux cafouillages des gens qui sont censés nous gouverner et nous représenter.

 

L'Avocat qui exerce en individuel c'est quoi ?

C'est un Avocat libre et indépendant, une garantie de Justice.

C'est un Avocat qui travaille à l'AJ, qui est proche de ses clients, qui les aide, les assiste, les défend devant les juridictions, qui les conseille.

Un gouvernement a créé il y a quelque années un Juge de Proximité,

Et bien moi je suis un Avocat de Proximité.

Et j'aimerai pouvoir continuer d'asssiter mes clients correctement sans "bouffer ma culotte".

Je ne veux pas mourir !

 

Que la profession évolue, c'est dans l'ordre des choses, chacun se forme (se déforme parfois), va vers de nouvelles technicités (le processus collaboratif par exemple, auquel je suis formée)...

Mais qu'elle perde ses fondamentaux, NON !

 

La grande manifestation d'aujrd'hui portera t'elle ses fruits ? Les professions seront elles écoutées dans leur refus d'être traitées comme des marchandises ?

Je ne me fais guère d'illusions, nous vivons dans une société qui marche sur la tête.

 

 

***

 

Envers et contre tout, je continue mon chemin.

Et comme l'écrit très joliment Paul Valéry :

Le vent se lève, il faut tenter de vivre !

 

 

 

Par veronique.levrard le 05/12/14
Dernier commentaire ajouté il y a 1 semaine 6 jours

COMMMUNIQU2 DE LA SECTION ANGEVINE DU SAF :

  Le 10 décembre prochain, le projet de loi relatif à la croissance et à l’activité sera présenté en Conseil des ministres. Après avoir fait un pas en arrière avec le rapport du député Ferrand, laissant croire que les avocats avaient été entendus, le projet de loi sur la croissance élaboré dans la plus grande opacité par les services de BERCY se moque  de la profession et des justiciables.

 

Par ce projet, le Gouvernement dessine une nouvelle profession, répondant au monde des affaires avant celui de la justice de proximité et de l’accès au droit :

 

-       En créant le statut d’avocat en entreprise, c’est-­‐à-­‐dire en donnant aux juristes d’entreprise un statut d’avocat sans l’indépendance nécessaire à la fonction,   -       En  ouvrant  l’exercice  de  la  profession  à  des  structures  capitalistiques  multi-­‐professionnelles  du  droit  et  du chiffre,  ce  qui  constitue  un  risque  évident  de  mélange  des  missions  et  fragilise  la  déontologie  de  l’avocat dont le secret professionnel et la prévention des conflits d’intérêts,  

-       En supprimant la postulation de TGI sans en analyser les conséquences en matière de présence de l’avocat sur tout le territoire ni laisser le temps à la profession d’organiser cette présence, ce qui conduira à terme à créer des déserts de droits dans les zones dites périphériques.

 

Si les avant-­‐projets comportaient de timides avancées en faveur du justiciable comme la suppression du tarif obsolète de postulation et l’obligation des conventions d’honoraires, le projet actuel, vise d’abord à faire entrer l’avocat dans la grande compétition internationale du monde des affaires ; ce basculement de la profession se faisant par ordonnance, sans réelle discussion.

 

Pourtant, l’indépendance de l’avocat, le secret professionnel, la responsabilité professionnelle ou l’exercice de ses missions sur tout le territoire n’ont pas pour objet de protéger une corporation mais bien de garantir  aux justiciables et à tous les citoyens une prestation sûre et de qualité, quelle que soit leur situation.

 

Sous couvert de création d’emploi et de baisse du pouvoir d’achat, le Gouvernement brade la profession d’avocat !

 

Ce  projet  est  très  éloigné  de  la  préoccupation  de  l’accès  au  droit  et  à  la  justice  et  ne  peut  être  déconnecté  de l’absence  de  solution  en  matière  de  financement  de  l’aide  juridique  dont  les  discussions  sont,  une  fois  encore repoussées  au  budget  de  l’année  suivante.  Le  rapport  CARRE  PIERRAT  proposait  pourtant  une  taxation  des  actes juridiques soumis à enregistrement qui, par un simple prélèvement complémentaire de 3,5 %, fournirait à elle-­‐seule une ressource additionnelle d’environ 313 M EUR, soit le quasi-­‐doublement du budget demandé par la profession.

 

Les avocats sont pourtant disposés à participer à une grande réforme et faire en sorte que leur présence soit utile aux justiciables là où ils ne sont aujourd’hui pas ou peu défendus comme en matière d’expulsion locative ou de droit de la consommation. Ce n’est pas le choix de ce Gouvernement.

 

A l’appel du Conseil national des barreaux, les avocats arrêteront toute activité et se mobiliseront ce mercredi 10 décembre pour une manifestation nationale à Paris.

 

Le SAF appelle l’ensemble de la profession à ce grand rassemblement !

--

La Section Angevine du SAF

 

       
Par veronique.levrard le 02/12/14
Dernier commentaire ajouté il y a 2 semaines 1 jour

La porte de mon bureau est devenue un panneau d'affichage.

NON à la Loi MACRON !

OUI à une refonte juste de l'aide juridictionnelle !

 

 

 

 

Par veronique.levrard le 24/11/14
Dernier commentaire ajouté il y a 3 semaines 20 heures

Comme je l'indiquais dans mon précédent post, les Avocats de France se sont mobilisés la semaine dernière contre les projets de Loi Macron et sur l'aide juridictionnelle.

Les Avocats du Grand Ouest étaient nombreux vendredi 21 novembre à NANTES.

Le Président du CNB (Conseil N'ational des Barreaux, notre représentant national) et ses Vices Présidents ont été reçus par le Ministre de la Justice.

ET alors ?

Rien, nada, nothing, nichts, que dalle ,...

La profession d'Avocat dont ces projets sappent les fondements essentiels n'est pas écoutée.

Le CNB nous annonce déjà une nouvelle manifestation nationale à PARIS mi décembre...

Avant d'être Avocat, je n'avais jamais manifesté.

Depuis presque 20 ans que je suis Avocat, je n'avais jamais vu de tels projets, ni une telle défiance à l'égard de ma profession.

Je ne comprends pas.

Pourtant, nombre de députés Maires ou autres hommes politiques sont des Avocats, pas les mêmes que moi évidemment, nous ne roulons pas dans la même catégorie? Ces personnages là sont des carnets d'adresse ambulants.

L'aide juridictionnelle, la défense au quotidien, la proximité avec le justiciable, c'est mon métier, pas le leur !

Moi, tout ce que je souhaite c'est pouvoir continuer à exercer mon métier, à défendre mes clients, les assister les écouter, même à l'aide juridictionnelle, qui rapporte peu, par rapport à l'investissement, le travail et la responsabilité qu'ils engendrent.

Je ne veux pas faire partie d'une grosse industrie nationale sans âme, ou seul l'argent compte.

Je veux pouvoir continuer à exercer mon activité libérale sous forme individuelle, apporter un conseil personnalisé.

Mais quand ma petite voix sera t'elle écoutée ? Celle de ma profession ?

Par veronique.levrard le 18/11/14
Dernier commentaire ajouté il y a 4 semaines 1 jour

Les Avocats du Barreau d’Angers se sont réunis nombreux en Assemblée Générale Extraordinaire lundi 17 novembre 2014 à 12 h à la Maison de l’Avocat.

Il a été décidé :

- d’une suspension de toute activité juridictionnelle le mardi 18 novembre 2014 et le vendredi 21 novembre 2014, à l’exclusion du contentieux des libertés ;

- de se joindre à la manifestation régionale organisée le 21 novembre 2014 à 14 h à NANTES ;

- de la suspension illimitée des désignations par le Bâtonnier au titre de la commission d’office.

La motion des 3000 avocats du Grand Ouest a été adoptée. (à lire ci-dessous)

 

 

MOTION
DES 3 000 AVOCATS DU GRAND OUEST

En réaction aux projets de loi MACRON et TAUBIRA, les 3 000 Avocats du Grand Ouest ont décidé de participer à la semaine nationale d’actions du 17 au 21 no- vembre 2014 afin d’obtenir :
- le retrait de ces textes, préparés dans l’opacité et dans la plus grande précipita- tion,

- le doublement du budget de l’aide juridictionnelle comme Madame le Garde des Sceaux s’y était engagée.

Non, les avocats ne sont pas une profession de privilégiés.
Nous sommes largement ouverts à la concurrence.

Non, la profession d’avocat ne peut pas être réformée selon des impératifs pure- ment économiques. Nous apportons aux justiciables des garanties démocratiques fondamentales.

Non, nous ne braderons ni notre indépendance ni notre déontologie,
en ouvrant nos cabinets aux capitaux extérieurs ou en admettant un statut de l’avo- cat en entreprise contraire à nos principes essentiels.

Non, nous n’acceptons pas la création de déserts judiciaires.
La suppression de la postulation territoriale réduira le Droit à un grand marché na- tional et videra les territoires de leurs avocats.

Oui, nous sommes une profession largement ouverte
L’accès est subordonné à l’obtention d’un diplôme et au respect de critères de mo- ralité. La profession ne connaît aucun numerus clausus et l’installation des avocats est totalement libre.

Oui, nous sommes favorables au développement d’une inter-professionnalité :
Les avocats, les huissiers de justice, les notaires, les experts-comptables et com- missaires aux comptes travaillent en partenariat au quotidien dans le respect des métiers de chacun.

Oui, nous nous battons pour un meilleur fonctionnement de la justice.
Nous défendons près d’un million de nos concitoyens au titre de l’aide juridiction- nelle en dépit d’une indemnisation indigne, qui n’a pas été revalorisée depuis 2007 !

 

En conséquence, les 3 000 Avocats du Grand Ouest appellent à la mobilisation générale afin d’obtenir le retrait des textes gouvernementaux mortifères pour les intérêts des citoyens et des entreprises.

 

Les Barreaux du Grand Ouest :
Angers - Brest - LAvAL - Le MAns - Lorient - nAntes - QuiMper - rennes - sAint-Brieuc - sAint-MALo/DinAn - sAint-nAzAire - sAuMur - vAnnes

Par veronique.levrard le 25/09/14
Dernier commentaire ajouté il y a 2 mois 3 semaines

La Cour de cassation a rendu deux avis le 22 septembre 2014, par lesquels elle estime que le recours à l'assistance médicale à la procréation à l'étranger (insémination artificielle avec donneur anonyme) ne fait pas obstacle à ce que l'épouse de la mère puisse adopter l'enfant ainsi conçu.

Ce faisant, la Cour tire les conséquences de la loi n° 2013-404 du 17 mai 2013 ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe. Si cette loi a eu pour effet notamment de permettre l'adoption de l'enfant d'un des deux conjoints par l'autre conjoint de même sexe, la législation française relative à l'assistance médicale à la procréation n'a pas été modifiée. En effet, l' article L. 2141-2 du Code de la santé publique encadrant l'accès à l'AMP se réfère aux couples composés d'un homme et d'une femme.

La Haute juridiction écarte la solution fondée sur la fraude à la loi et énonce à deux reprises que le recours à l'assistance médicale à la procréation, sous la forme d'une insémination artificielle avec donneur anonyme à l'étranger, ne fait pas obstacle au prononcé de l'adoption, par l'épouse de la mère, de l'enfant né de cette procréation, dès lors que les conditions légales de l'adoption sont réunies et qu'elle est conforme à l'intérêt de l'enfant.

Pour la Ministre de la Justice :

« Ces avis mettront fin à plusieurs mois d’insécurité juridique pour les familles homoparentales »

Elle a précisé dans son communiqué de presse que les décisions de refus étaient au nombre de 9 pour 281 décisions favorables, ordonnant le prononcé de l’adoption.

 

 

Par veronique.levrard le 07/07/14
Dernier commentaire ajouté il y a 5 mois 1 semaine

Samedi 5 juillet 2014, j'étais invitée à un mariage, à 15 h 30 à la Mairie d'ANGERS.

J'étais bien évidemment sur mon 31.

Dans le bruissement léger des papottages des deux familles réunies et des amis des mariés, la premirèe adjointe au Maire a procédé.

Vérification de l'état civil, contrat de mariage ou pas, lecture de certains articles du Code Civil (cohabitation, participation aux charges du mariage, et autorité parentale)...

Recueil des consentements :

H a dit un oui d'abord timide, puis l'adjointe, taquine, l'a fait répéter : un grand oui, sous les aplaudissements.

H a dit oui, aussi.

Echange des anneaux et un baiser.

Ils ont été aplaudits les deux Hommes qui ont décidés de s'unir pour le meilleur et pour le pire.

Célébration simple et conviviale, sans préjugé ni revendication,

Juste l'union de deux êtres qui s'aiment.
 

Par veronique.levrard le 02/07/14
Dernier commentaire ajouté il y a 5 mois 2 semaines

Malgré une première journée nationale d'actions du 5 juin 2014,

Malgré une deuxième journée nationale de mobilisation le 26 juin 2014, qui a été accompagnée à ANGERS par une semaine de protestation,

Le Ministère de la Justice n'a retenu aucune des propositions de la profession et poursuit au contraire sa réflexion tendant à instaurer une taxe scandaleuse sur le chiffre d'affaires des Cabinets d'Avocats.

La profession reste mobilisée, et une nouvelle journée est prévue, le 7 juillet 2014, cette fois impliquant non seulement la fermeture des Cabinets et le renvoi des audiences, mais aussi une manifestation à PARIS.

Les Avocats angevins restent mobilisés et l'affichent sur la robe.

 

Parceque les Avocats Défendent une Justice pour Tous !

Par veronique.levrard le 26/06/14
Dernier commentaire ajouté il y a 5 mois 3 semaines

Au 10, de l'avenue Pasteur, les Avocates sont mobilisées pour la défense de l'aide juridictionnelle.

Nous avons affiché les tracts édités par le CNB pour expliquer à nos clients les raisons de notre mouvement de protestation.

Aujourd'hui 26 juin, c'est la journée nationale de protestation, les Cabinets sont fermés.

A 13 h 45 ce jour, une réunion est organisée sur les marches du Palais avec lecture de la motion votée par le Barreau d'ANGERS.